Imprimer

GGFRKidnappé le 7 septembre 2018 par un groupe islamique armé d’Aqmi allié à Al-Qaida, Pier Luigi Maccalli a été ligoté et le peu d’argent qu’il avait lui a été pris. Il a été poussé hors de la maison, et emmené sur une moto comme passager arrière. C’était le début d’un voyage qui allait durer deux ans. Au cours des 17 premiers jours, il a été déplacé sur la moto en tant que passager arrière avant de traverser le Mali à travers le Burkina Faso.Le 5 octobre, il a été enchaîné à un arbre jour et nuit pendant 22 jours.

Plus tard, il a été emmené dans le désert du Sahara et sa prison était le ciel ouvert. Même s’il n’était pas entraîné, il se sentait perdu ! De nombreuses questions lui sont venues à l’esprit et il a souffert de solitude pendant sa captivité.

Le 28 octobre, ses ravisseurs ont pris une vidéo de lui et lui ont demandé de parler aux autorités italiennes et au pape François. On lui a dit de déclarer qu’il avait été retenu en otage par un groupe islamique d’Aqmi allié à Al-Qaïda.

Pier Luigi a ensuite été emmené dans les dunes de sable. Il n’y avait pas de végétation et pendant six mois, il a été gardé par un groupe de moudjahidines. Ils se relayaient et changeaient souvent de place. Plus tard, on le ramenait à un endroit où il y avait de la flore. Et puis ils ont amené Luka, un jeune otage italien, et ils ont passé le reste de leur captivité ensemble.

Pier Luigi et Luka espéraient une sorte de négociation qui aurait rapidement déclenché leur libération. Cela ne s’est pas produit, et un an a passé avant qu’ils ne soient amenés dans un désert de pierres. Ici, ils ont rencontré un troisième otage italien. Ils pensaient alors que leur libération était imminente, mais non, ils avaient tort et ont été maintenus là pendant des mois.

Espérant contre tout espoir, les otages ont été informés qu’ils seraient libérés dans une semaine. On leur a donné de nouveaux vêtements et ils sont partis à la recherche d’Edith, une jeune fille enlevée avec Luka. Il s’est avéré qu’elle était la petite amie de Luka. Puis la promesse de la libération a été emportée par le vent du désert. Les quatre otages ont été informés que les négociations pour leur libération avaient heurté un obstacle. Des semaines passèrent, puis des mois passèrent pendant que le quatuor continuait sa captivité. 

Une nuit fatidique, Luka et Edith se sont échappés et il n’y avait aucune nouvelle de leur localisation. En conséquence, les otages restants ont été une fois de plus soumis à des chaînes du crépuscule à l’aube. Cela s’est poursuivi jusqu’au jour de leur libération.

Les nouvelles les plus attendues sont arrivées le 7 octobre 2020 et les otages devaient être libérés ; « C’est fini », « la liberté » ont annoncé les djihadistes. Les prisonniers ont passé leur dernière nuit sous le ciel ouvert du Sahel, et le lendemain matin, ils ont rencontré d’autres otages à savoir, Sophie Pétronin et Soumaila Cissé. Le quatuor a été amené aux médiateurs en présence des militaires maliens et leurs dernières photos ont été prises.

Les otages ont été conduits à Tessalite et ont été transportés par avion vers la capitale, Bamako. Le lendemain matin, Pier Luigi est monté à bord d’un avion affrété par le gouvernement italien à destination de l’Italie.

Récemment, le P. Pier Luigi Maccalli a fait un pèlerinage à Lyon-France. Il est venu spécialement gravir la colline de Fourvière pour rendre grâce à Dieu par l’intermédiaire de Notre-Dame de Fourvière pour sa libération le 8 octobre 2020. Il était là pour remercier tous ceux qui ont prié pour lui pendant sa captivité. Il est venu offrir des prières pour tous les autres otages détenus au Sahel.

RCCLes années de ministère les plus productives

Pendant sa captivité, le P. Pier Luigi « se sentait abandonné et oublié de tous », criant à Dieu : « Pourquoi m’as-tu abandonné ? » On dit que « les vrais hommes ne pleurent pas », mais le P. Luigi a versé assez de larmes, pensant qu’il était le missionnaire le plus détesté avec des chaines sur ses pieds. Il n’arrêtait pas de demander : « Quel genre de missionnaire suis-je ? » Il s’est rendu compte que même si ses pieds étaient enchaînés, « mon cœur n’était pas enchaîné. » Il a décidé d’être comme sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus. Même enchaîné, « je suis toujours missionnaire du fond du cœur ».  Il s’est consacré à prier pour la communauté qu’il a laissée dans sa mission. Il s’est fait un chapelet à partir d’un morceau de tissu qu’il a utilisé pour se couvrir, et une croix sculptée dans le bois du désert.

« Aujourd’hui, je suis un homme libre et je rends grâce à Dieu et à tous ceux qui m’ont accompagné. « Je pensais qu’ils m’avaient volé deux ans, mais ils ont été les années les plus productives de ma vie », a déclaré le P. Pier Luigi, « des gens qui ne me connaissaient pas et la mission se sont tous unis dans la prière », a-t-il ajouté alors que sa voix émotionnelle l’a trahi. 

Une foi inébranlable en Dieu

Comme la plupart des gens, on se souvient de certaines choses. Le P. Pier Luigi s’est fait dire : « Soyez fidèles à Dieu malgré tout ce qui peut vous arriver ». C’est cela - et « la Parole de Dieu que j’ai méditée dans mon cœur en silence » ; et les pauvres de la communauté qu’il a servie qui l’ont maintenu en vie. Dans le deuxième livre de Maccabées, Eléazar fut forcé de manger du porc contre sa croyance juive, mais opta pour la flagellation plutôt que de trahir sa croyance… « Les moudjahidines m’ont demandé de me convertir à l’islam, mais je leur ai dit que je serais fidèle à Jésus jusqu’à la fin ». Coupé de sa communauté, il a dit : « Chaque dimanche, je m’isole pour célébrer sans Eucharistie ».

GG a été encouragé par le ciel clair qui lui a donné de l’espoir parce que même dans la nuit il y avait de la lumière. Tout cela le rendait émerveillé comme le psalmiste « qu’est-ce que l’homme pour que tu penses à lui ? » L’étoile polaire et la croix méridionale « alpha et oméga étaient avec moi qui était comme un petit grain de sable ». En effet, sa foi l’a aidé à « se confier en ce Dieu et je lui ai donné toute ma petitesse ». Chaque jour qui passait, il s’endormait en disant : « Aujourd’hui est passé, espérons un autre jour. »

Le P. Pier Luigi a commencé sa journée dès qu’ils ont « enlevé les menottes de mes pieds » avec des prières en marchant.  Il a prié les psaumes et le chapelet, « J’ai fait la même chose les soirs précédant le coucher du soleil ». Il se disait qu’il serait fidèle à la prière tous les jours, et l’oraison le consolait vraiment dans la situation dans laquelle il se trouvait. « Je croyais dans mon cœur que Dieu était avec moi et je ne voulais pas qu’Il m’abandonne. La dévotion m’a soutenu malgré le fait que mes compagnons m’ont dit qu’elle ne valait rien. »

DesertL’hostilité du désert

Le désert est caractérisé par des conditions climatiques difficiles et le P. Pier Luigi a dû s’adapter. « J’ai souffert de froid, de soif mais pas de faim. » Janvier est très froid dans le désert, donc « je portais deux boubous, avec une couverture de poncho, un blason, un chapeau, des chaussettes et deux couvertures, mais à partir de 9 heures chaque matin nous avons commencé à les enlever car il faisait très chaud. » Donc, la stratégie était de prendre un morceau de tissu mouillé et de « le mettre sur mon visage et mes mains ».  Comme otage, il n’avait pas beaucoup à manger ; son menu de prisonnier était composé de riz, d’oignons, de lentilles, de sardines, de dattes, de beaucoup de thé et de fruits de temps en temps. « J’ai perdu 22 kg, mais ce n’était pas à cause de la faim. »

Le jour de son enlèvement, « on m’a menacé de m’abattre avec une arme à feu (si je ne coopérais pas avec eux, ndlr).  Une autre fois, un moudjahidine a menacé de « me tirer une balle dans la tête, et je me suis dit que je devrais faire attention à ce que je dis ou fais parce que les choses pourraient mal tourner, mais j’étais aussi prêt à mourir ». 

Au fil des jours, il pensait avoir une chance de s’en sortir vivant parce que s’ils voulaient vraiment le tuer, ils l’auraient fait dès le début. Cela dit, « j’avais peur d’être tué par accident alors que les jeunes moudjahidines nettoyaient leurs fusils Kalachnikov, ou d’être mordu par les vipères qui passaient par là. » En fait, pendant deux mois, les otages ont dormi dans ce qu’ils appelaient « la vallée des vipères », et ils en ont vu beaucoup.  La compagnie de Luka et Nicole était « pour moi l’esprit consolant et nous nous sommes entraidés ».


P. Luigi Pope 2Appelé à témoigner de la mission

Lorsque le P. Pier Luigi a rencontré le Pape François à Rome, il a beaucoup insisté sur le fait que la Mission est un témoignage et non un prosélytisme. « Dans ma vie missionnaire, j’ai toujours témoigné du dialogue, non pas un dialogue théologique, mais un dialogue vécu dans la vie quotidienne. » Répondre aux personnes et à leurs besoins quotidiens est un adage que GG a depuis longtemps, et pour lui, la mission n’est rien d’autre que de l’humanisme. Il a emprunté à François Varillon qui a dit : « Dieu divinise ce que l’homme humanise. » Il croit que c’est ce qui « nous rapproche des gens » dans leur besoin de santé, par exemple, et c’est « ce que j’ai vu aux moudjahidines en partageant mon dentifrice avec celui qui avait un problème dentaire. Celui qui avait une plaie, j’ai pris soin de sa plaie, et celui qui voulait apprendre à lire et à écrire, je lui ai appris un peu de français. » Mais chaque fois que le dialogue est passé à un autre niveau, il a toujours entendu le même refrain : « Tout le bien que vous faites n’a aucune importance si vous ne vous convertissez pas à l’islam », ont-ils dit.

Le côté humain des Moudjahidines

Au début, les Moudjahidines sont venus avec des visages couverts, mais avec le temps, ils ont dévoilé leurs visages pour être reconnus. Les otages ont essayé de dialoguer avec eux. GG s’est même plaint à un jeune moudjahid parce qu’on l’appelait « Shebani », ce qui signifie un « vieil homme », et « je lui ai dit, dans ma vie missionnaire en Afrique depuis plus de vingt ans, que je n’ai jamais entendu un jeune homme parler mal à un vieil homme ». Cela a attristé son cœur de voir comment ces jeunes Africains avaient oublié « les valeurs que l’Afrique m’a enseignée », a-t-il dit.  Il a dit que parce que le 5 février 2020, Abdul Rahman, un jeune leader qui leur apportait de la nourriture et de l’eau chaque mois, lors de l’annonce de leur libération, est allé voir GG et a dit : « Shebani, j’espère que vous vous convertirez à l’islam à votre retour en Italie, mais avant de partir, je veux m’excuser si moi-même ou quelqu’un de mon équipe vous a mal parlé. »  GG a reçu ses mots des deux mains et lui a donné des dates, et l’a remercié, lui a serré la main, les mains qu’il a toujours refusé de lui tendre, et lui a dit : « Je garderai cela comme un souvenir. » Les moudjahidines étaient jeunes, et certains d’entre eux étaient gentils avec lui, mais d’autres non. Cependant, « dans mon cœur, j’ai toujours demandé à Dieu de leur pardonner, car ils ne savaient pas ce qu’ils faisaient ».

En phase avec le calendrier

Sans moyen de communication, il peut être difficile de se synchroniser avec les jours de la semaine et le temps, mais ce n’était pas le cas avec GG. Il a toujours gardé à l’esprit les jours et les dates de la semaine en les écrivant sur le sable jusqu’à ce qu’on me donne un stylo et un bout de papier. « J’ai écrit des mots clés sur certaines dates », a-t-il dit. Il n’a jamais perdu de vue les jours et les mois de sa captivité.  « Je peux vous dire, par exemple, qu’à Noël, depuis le jour de mon enlèvement, il y a eu 99 jours et que le 1 janvier, il y a eu 105 jours. » D’après ses comptes, il a passé 752 jours en otage. Il a fait usage de certaines dates importantes qu’il avait en tête pour établir ses calculs. Par exemple, le 24 janvier est l’anniversaire de son frère.

GGnigerLe désir du cœur

Le jour de sa captivité, il s’est demandé s’il était au mauvais endroit au mauvais moment, mais non. Il était au bon endroit, près de son peuple. « Si je désire quelque chose maintenant, c’est de retourner aux gens qui m’ont vu disparaître un jour et qui n’ont pas pu me revoir », a-t-il dit. Le jour où le P. Pier Luigi a été libéré, la communauté qu’il desservait au Niger a dansé dans l’église.  Il sent qu’il a été réuni avec ses familles missionnaires et biologiques, mais une pièce de puzzle manque pour rendre sa joie complète. Selon lui, il n’est pas encore « rentré chez lui ». Il estime que ce n’est pas possible maintenant, « mais j’espère qu’un jour je pourrai le faire ». Il a bon espoir qu’un jour la guerre prendra fin, qu’il devra être patient comme il l’a été au cours des deux dernières années. « J’espère qu’un jour je pourrai danser avec eux. »

Le mystère

Jusqu’à présent, on ne sait pas exactement pourquoi le P. Pier Luigi a été kidnappé ; il ne sait pas non plus comment le marché de sa libération et celui des autres otages a été conclu. Des négociations ont certainement eu lieu. Certaines sources affirment que c’était en échange d’autres captifs. A leur niveau, les moudjahidines ont toujours dit qu’ils n’étaient pas pressés, que cela pouvait durer deux ans ou plus, tout comme ils ont d’autres détenus qui ont passé plus de six ans comme le roumain Iulian Ghergut, kidnappé en avril 2015, l’Australien Arthur Kenneth Elliott enlevé en janvier 2016, l’Américain Jeffery Woodke, enlevé en octobre 2016, l’Allemand Jörg Lange enlevé le 11 avril 2018, le Français Olivier Dubois otage depuis le 8 avril 202, et enfin, le P. Joël Wenepanga Yougbaré, 44 ans, ancien curé de Djibo, est porté disparu depuis le 17 mars 2019. 

Gloria
Par coïncidence, pendant le pèlerinage de p. Pier Luigi à Lyon, Sr. Gloria Cecilia Narvaez Argoti, une sœur franciscaine colombienne a été libérée le samedi 9 octobre 2021. Elle a été retenue en otage au Mali depuis février 2017. C’est pourquoi GG pense « Je suis chanceuse d’avoir été détenue pendant deux ans ; c’était long, mais comparativement à d’autres otages, je pense à la douleur de leur famille, de leurs parents, et j’espère que tout sera fait pour les libérer. Nous sommes des victimes innocentes ; la vie n’a pas de prix ».  

                                                     Par Dominic Wabwireh, sma